Nissan Skyline GTR R35


Lotus Evora 2010 disponible au Canada le printemps prochain
Lotus Evora 2010 disponible au Canada le printemps prochain
Lotus Evora 2010 disponible au Canada le printemps prochain
par Auto123.com
Évolution, Vogue, auRA. Evora. Telle est l’origine du nom de la première nouvelle Lotus depuis 1995, date de lancement de la délicieuse petite Elise. Et pour se conformer à la tradition de la maison de Norfolk, les géniteurs de l’Evora lui ont concocté ce nom qui commence par un E (comme Elite, Elan, Europa, Esprit, Exige et Eleven, la première des Lotus avec un E).

Nous avons fait connaissance avec la nouvelle Evora chez John Scotti, distributeur Lotus au Québec.

Refusant de céder à la commercialisation en masse, la très britannique Lotus, qui appartient aujourd’hui au groupe Proton de Malaisie, persiste et signe en nous présentant la descendante de la Lotus Esprit, une GT hautes performances, construite entre 1976 et 2000.

Nous avons fait connaissance avec la nouvelle Evora chez John Scotti, distributeur Lotus au Québec, en présence de Jim Carter, représentant de la marque pour l’Est de l’Amérique du Nord. « L’Evora sera commercialisée au premier trimestre de 2010 », précise M. Carter. « On compte livrer un millier de ce nouveau modèle par an en Amérique du Nord, dont environ 150 au Canada ». « Nous avons déjà 10 commandes », ajoute Bernard Durand, responsable de la marque chez John Scotti.

L’air de famille
Entouré de quelques Elise et Exige aux couleurs flamboyantes, la Lotus Evora peut difficilement cacher son appartenance : même allure générale, mêmes rondeurs, même arrière tronqué, mêmes yeux en amande, mêmes roues placées aux quatre coins et, surtout, même « sourire » que vous fait la calandre grillagée. Oui, c’est une Lotus, mais elle a pris des centimètres dans tous les sens, question d’offrir un habitacle plus ample (annoncé comme un 2+2) que l’Elise et de loger le V6 de 3,5 litres d’origine Toyota tapi juste derrière l’habitacle. En l’occurrence, le même V6 en aluminium et à quatre arbres à cames en tête qui anime quelques modèles Toyota, mais secondé par une boîte manuelle à 6 vitesses.

Dans la Lotus, ce V6 à distribution variable développe 276 chevaux à 6 400 tours/minute. Ainsi propulsée, et selon les dires de Lotus, l’Evora boucle le 0 à 100 km/h en 5,1 secondes, ce qui se compare favorablement aux 5,4 secondes de la rivale directe, la Porsche Cayman S. Reste à confirmer ce chiffre qui nous paraît très élogieux, car l’Evora pèse 1350 kg, tout comme la Cayman mais développe près de 20 chevaux de moins.

Dans la Lotus, ce V6 à distribution variable développe 276 chevaux à 6 400 tours/minute.


C’est d’ailleurs au sujet du poids que l’Evora nous a quelque peu surpris. Non pas que 1350 kg ne soit pas un poids favorable, mais on pourrait s’attendre à mieux (l’Elise pèse 900 kg), compte tenu du remarquable châssis en caisson d’aluminium riveté et collé qui est à la base de l’Evora, de sa carrosserie en fibre de verre et de ses éléments de suspension en aluminium. D’ailleurs, comment se fait-il que l’Evora ne pèse pas moins que la Cayman qui ne fait pas autant appel aux matériaux légers?

Un remarquable châssis en caisson d’aluminium riveté et collé est à la base de l’Evora.

Une Lotus de luxe
Poursuivant le tour du propriétaire, on s’installe confortablement dans le baquet Recarro de l’Evora, face à un tableau de bord arqué et un petit volant à trois branches gainé de cuir. Sur la droite, un système multimédia Alpine avec écran tactile, système de navigation, DVD, connectivité Bluetooth et iPod. La climatisation, les rétroviseurs, les vitres et le verrouillage électrique sont aussi de série, tout comme la direction assistée et le système de surveillance de la pression des pneus (absence de roue de secours).

Contrairement à la minimaliste Elise qui laisse voir son beau châssis en aluminium, l’Evora est plus pudique et cache soigneusement ses parties métalliques. Elle se permet même de jouer à la « familiale » en offrant une petite banquette arrière, juste assez spacieuse pour recevoir deux enfants ou des sièges de bébé (fixations ISOFIX). Voilà une caractéristique qui permettra de distinguer l’Evora de la rivale allemande. À ce sujet, on nous informe que Lotus envisage une version plus sportive de l’Evora (moteur suralimenté) démunie de la banquette arrière ainsi qu’une version cabriolet à toit rétractable. Entre-temps, si vous ne trouvez pas un humain de petite taille souhaitant se faufiler dans cet espace, vous pourriez toujours vous en servir pour ranger quelques bagages, question de compenser le volume plutôt restreint du coffre arrière (161 litres). Précisons que l’Evora ne dispose pas de coffre avant.

Deux questions qui restent à éclaircir : quel sera le prix de la Lotus Evora? « Comparable à la Cayman… » répond Lotus. Et comment se comporte-t-elle sur la route? Un essai au printemps prochain…

Elle se permet même de jouer à la « familiale » en offrant une petite banquette arrière.



photo:Matthieu Lambert, Lotus


Retour aux nouvelles